Rechercher
  • Lise

[On a besoin de vous]

Et oui, comme vous vous en doutez, ce confinement puis ce couvre-feu influent aussi sur nos activités, même si nous sommes souvent oubliées. Oui nos boutiques ont été fermées plusieurs mois, et non la vente en ligne n’a pas suffit à combler la différence. Oui les marchés alimentaires ont continué, mais pas les marchés de créateurs. Oui nous avons reçu des aides de l'état (certaines d’entre nous), mais elles ont duré 2 mois, pas plus. Depuis fin mai nous n'avons plus droit à rien, malgré une activité toujours au ralenti : le nombre de personnes en boutique est limité, le nombre de places possibles sur nos ateliers est limité, les créneaux horaires se réduisent avec le couvre-feu, les marchés n'ont pas lieu, les bars où nous déposons des créations sont fermés… Bien sûr qu'il faut mettre des mesures en place pour lutter contre ce virus, mais aujourd'hui il y a de grands risques que nos activités ne se relèvent pas, que toutes ces heures de travail, d'insomnies, de pied de grue sur des marchés en plein hiver, de week-end travaillés, que tout notre investissement et notre passion n’aient pas suffit. Alors dans cette période angoissante et trop floue, nous avons besoin de vous. On a besoin que vous veniez nous voir en boutique et sur les marchés, que vous vous déplaciez dans tous les chouettes lieux de créations et de mise en valeur de notre travail, tant qu'ils sont encore là. Aujourd'hui nos boutiques sont ouvertes, les marchés s'organisent, mais personne ne sait si ça sera toujours le cas dans quelques semaines alors ne remettez pas à plus tard, le futur proche est trop incertain. On a besoin que vous partagiez nos publications, que vous parliez de nous autour de vous, que vous laissiez des commentaires et des avis sur nos boutiques en ligne. On sait bien qu'on ne peut pas acheter tout le temps mais il y a tellement d'autres moyens de nous soutenir. Chacune de nos activités a débuté par le bouche à oreilles et regardez où nous en sommes aujourd’hui. Merci encore aux tou-te-s premier-e-s <3 On a besoin que vous vous rappeliez que même si notre métier est souvent envié, il peut aussi être facilement dénigré. Ce n'est pas une activité, un passe-temps, une occupation. C'est un travail. De cheffe d'entreprise, de chargée de communication, de comptable, de vendeuse, de décorateur de stand, de community manager… Et que pour toutes ces actions qui ne sont pas de la création, nous nous rémunérons très rarement. Et on a bien sûr besoin que vous achetiez nos créations. Que vous vous rappeliez que dans un prix de vente il y a bien sûr de la matière première et du temps de travail, mais aussi des charges locatives de boutique, des frais de communication, du remboursement d'achat de matériel, du temps de prototypage et de recherche, des visites à nos fournisseurs, du temps de prospection… Alors effectivement parfois vous pourriez le faire chez vous, à moindre coût. Et bien faites-le, on ne peut rien vous répondre d’autre, mais s'il vous plaît ne nous prenez pas nos idées et nos modèles. Ne le faites à pas une créatrice. C'est trop facile et trop frustrant.



Alors oui aujourd'hui il y a tellement de raisons de s'indigner et tellement de luttes que nous ne savons plus où donner de la tête. Bien sûr que les soignant-e-s sont en première ligne, victimes d'un système dépassé et que nous les défendrons et les soutiendrons. Que nous avons une pensée solidaire pour les gérant-e-s de bars, de restaurants, de cinémas, de clubs, pour les professionnels de la culture, et pour tous ceux et celles qui ont peur pour leur suite, Mais il n'y a pas besoin de toujours hiérarchiser les luttes. Nous n'allons pas encore nous effacer sous prétexte que notre métier serait moins vital. Aujourd'hui en tous cas c’est ce travail qui nous fait vivre. Voilà pourquoi on a besoin de vous, et on a besoin de nous. Parce que personnellement je n’ai aucune envie de vivre dans un monde d’après sans bijoutière, sans couturière, sans illustratrice, sans céramiste, sans sculptrice, sans potière, sans modéliste, sans chapelière, sans sérigraphe, sans artiste en tous genres… Et vous ? [Texte volontairement féminisé car 95% des créateurs croisés sur des marchés ou en boutique partagée étaient des créatrices] Lise

40 vues